Le président et la dynamite....

Publié le par Marc Lemonier

Le président et la dynamite....

Vers 1996 ou 1997, le président grec Stephanopoulos vint rendre visite aux petites Cyclades. Il était arrivé en hélicoptère le matin à Koufonissi, ce qui nous réveilla en sursaut, puis avait été raccompagné par la voiture de l'hôtel Kéros jusqu’au port où l’attendait une vedette de la marine grecque, avec laquelle il était allé faire la tournée des autres îles, Schinoussa et Heraklia.

Ces visites protocolaires étant faites, il était revenu vers Koufonissi escorté par une dizaine de bateaux de pèche qui jouaient de la corne de brume… et de la dynamite. De loin, nous avons pensé que c’était la vedette de la marine qui tirait des coups de canon... alors que les explosions étaient provoquées par des bâtons de dynamite jetés en l’air… Il va sans dire que cette scène hallucinante se situait en un autre temps, aujourd’hui toute cette flottille de joyeux drilles aurait été envoyée par le fond sans autre forme de procès.

Il se chuchota alors que certains des dynamiteurs étaient sous le coup de poursuites judiciaires pour leur manière de pêcher...

Mais cette dynamite d’où vient-elle ? Et comment se fait-il qu’il en circule encore autant ? Naguère la réponse était simple et pouvait encore être prise en considération : A la fin de la seconde guerre mondiale, les mouvements de résistance engagés dans la guerre de partisans qui opposa les communistes du KKE au pouvoir mis en place par les britanniques avaient constitué des stocks de munitions, tous comme les prédécesseurs durant la résistance contre les nazis. Ces stocks, dissimulés ici ou là en particulier dans les îles des Cyclades qui connurent de surcroît l’occupation italienne, auraient donc servi aux pêcheurs qui y puisaient ce qui semblait nécessaire à leurs pêche. Seulement la guerre de partisan est finie depuis 1949, les stocks ont donc été reconstitués. La méditerranée est un carrefour, les armes circulent les explosifs aussi, à moins que la dynamite ne provienne de « fuites » dans les carrières des grandes îles productrices de marbre, comme Paros.

Il n’empêche que la nuit cycladique n’est pas toujours calme, des petites bombes explosent sous les flots, tuant des centaines de poissons qu’il ne reste plus qu’à récupérer flottant le ventre à l’air, le souffle de l’explosion les ayant assommés et tués.

Boum, et bien le bonjour Monsieur le Président.

Tags : Koufonissi, dynamite, Stephanopoulos, Marc Lemonier

Commenter cet article