Honnêtes !

Publié le par Marc Lemonier

Honnêtes !

Les gens des îles dont honnêtes, peut-être pas avec le fisc, mais bon ! Il est bien rare que l’on commette un vol chez eux, même leurs visiteurs se le tiennent pour dit .

Lors de notre toute première visite dans un île des Cyclade, à Sifnos, notre amie Angela oublia son porte feuille, largement farcis de billets de 5000 drachmes dans une cabine téléphonique du village d’Appolonia, elle ne s’en rendit compte qu’une bonne demi heure plus tard alors que nous visitions Kastro. Le retour en autobus dura encore une bonne demi-heure, et pourtant le porte feuille et tout son contenu était encore là, bien posée à côté du combiné téléphonique alors que la moitié des habitants et des touristes de l’île avait dû la fréquenter en cette période bénie de « la Grèce avant l’invention du téléphone portable ».

Cet exemple nous servit de leçon, il ne pouvait rien arriver à nos biens dans ces terres peuplés de personnages bonhommes, ou complètement indifférents… Car assez vite nous nous rendîmes compte que les insulaires ne volent rien tout simplement parce qu’ils ne voient rien, il y a dans cette honnêteté une forme d’indifférence aux objets. Les mobylettes sont garées avec la clé sur le guidons, les voitures restent la fenêtre ouvertes, les vélos sont posés sur le sol… Nous avons régulièrement oublié des sacs des, rabanes, des chapeaux, des paires de palmes sur des sièges de bistros où nous les retrouvions des heures plus tard, parfois leur seule présence avait laissé entendre aux clients que la tables étaient occupée, parfois tout indiquaient que des dizaines de personnes s’étaient vautrées sur nos affaires, sans les remarquer.

Les plages à la nuit tombée présentent dans les Cyclades un étonnant spectacles. Des dizaines de parasols, à peine refermés, passent la nuit dehors, et des rabanes sont déposées roulées contre des rochers, leurs occupants s’en serviront le lendemain, ou plus jamais. Visitant Koufonissi en Octobre nous avons retrouvé sous un rocher des reliques de l’été passé, bien rangés en attendant l’été suivant. Certains objets, à force de ne pas avoir été volé – ou simplement récupérés – finissent par avoir une vie autonome, un caleçon de bain perdu sur le chemin de la plage sera pieusement déposé sur un buisson par un promeneur compatissant et y restera toute la saison, finissant par faire partie du décor.

Il arrive que cette forme d’oubli des objets prenne des dimension plus étonnante. Nous avons ainsi assisté un soir au débarquement d’un téléviseur grand écran des soutes du Scopélitis. La voiture de l’hôtel qui en avait fait l’acquisition étant pleine, il resta sur le quai, jusqu’au soir, y passa la journée du lendemain, puis une autre encore, sans que personne ne puisse démontrer que l’air marin soit bon pour les appareils électroménagers.

Tags : Koufonissi, Sifnos, Cyclades, honnêteté, Marc Lemonier

Commenter cet article